Paroles d'Antonien

De bonnes raisons d’espérer ?

A la fin de l’année dernière, je m’interrogeais ici sur le sens de l’action politique. Six mois après, y a-t-il de bonnes raisons d’espérer ?

Depuis février, la guerre a fait son retour en Europe. J’entends souvent des prises de position pacifistes. Je ne peux pas ne pas évoquer - pour la déplorer - la timidité du Front populaire en 1936 qui a laissé les Républicains espagnols se battre avec des fusils déclassés contre les armements modernes fournis en masse par Mussolini et Hitler aux militaires rebelles.

Pendant la campagne électorale présidentielle, j’ai aidé à diffuser un vrai programme cohérent, social, écologique et industriel, celui porté par Fabien Roussel. Parti de loin, il a franchi les 5% dans les sondages pour se retrouver finalement siphonné par le vote dit utile au profit d’un vieux gourou socialo-gauchiste.

Plus récemment, pour les élections législatives, j’ai observé à l’œuvre l’impérialisme caporaliste de l’insoumission et ce paradoxe n’a pas été relevé, me semble-t-il. Au niveau local cela s’est traduit par la chosification des supposés partenaires par les jeunes tenants du candidat à Matignon.

Maintenant on annonce la remise en service de centrales à charbon, deux ans après la fermeture de Fessenheim. Et avec un taux de reproduction du Covid à plus de 1,5, le masque n’est pas porté par plus du tiers des voyageurs dans les transports.

Rien ne va ? J’exagère : la récolte des abricots s’annonce exceptionnelle ! 

1200px tarte abricots

 

Date de dernière mise à jour : 18/07/2022