Ecologie

  • L'eau, l'air, la lumière, le temps : la vie !

    Conseil municipal : focus sur… (8)

    Le conseil municipal d’Antony se tient en principe tous les deux mois. L’ordre du jour est fixé par le maire, il comporte plusieurs dizaines de délibérations sur des projets de décisions. Chacune est présentée par un élu de la majorité, qu’on appelle le rapporteur. Les élus des minorités posent des questions, demandent des éclaircissements, expliquent pourquoi ils sont d’accord ou pas sur la décision proposée. Puis le conseil municipal vote et on passe au point suivant. Ce processus emmène l’assemblée jusque tard dans la nuit… Les enregistrements vidéo des réunions sont accessibles sur le site de la mairie (Vidéos du Conseil municipal | Ville d'Antony (ville-antony.fr)). 

    Pour chaque réunion du Conseil, je donnerai ici un coup de projecteur sur un des sujets qui auront été traités.

    Pour le ce mois de février 2024, le focus sera sur : le rapport annuel sur le développement durable.

    En ce début d’année, le Conseil municipal examine des rapports, préparés par l’exécutif municipal, sur la certains aspects transversaux de la politique locale : égalité femmes-hommes, orientations budgétaires, développement durable. Ces rapports sont en principe examinés d’abord en commission avant d’être commentés en séance publique du Conseil. Pour ce Conseil, la moitié des poiints à l’ordre du jour n’avait pas été examinée lors d’une commission.

    Voilà ce que j’ai exposé :

    Nous regrettons que ce rapport n’ait pas été présenté à la commission du développement durable. C’est fort dommage.

    S’agissait d’un rapport sur l’année 2023, il est naturellement bâti sur le passé et orienté vers l’avenir.

    Cependant votre regard sur le passé n’est pas honnête. Vous vous gargarisez de formules toutes faites comme « Depuis des années… », vous mettez en avant votre supposée « détermination » et votre prétendue « ambition ». Mais vous avez une mémoire bien peu fidèle. Je me souviens de vos achats de véhicules dans les années 2010 et de vos réponses d’alors, Monsieur le maire, quand nous vous demandions la nature du carburant ; vous nous aviez répondu : « Le diesel le plus pur » ! S’agissant de la désimperméabilisation de l’espace public, vous aviez également prononcé : « Des inondations, il y en a à Paris, il n’y en a pas à Antony ». Quand nous vous faisions remarquer la possibilité d’installer des LED pour l’éclairage urbain, vous tergiversiez : « c’est trop tôt, il est urgent d’attendre ». Et je ne parle pas de la géothermie, vous avez récemment reconnu votre retard, votre conversion est actée mais elle est trop récente pour apparaitre dans ce rapport, même dans le chapitre Orientations futures !...

    Alors, en 2023, vous avez agi, vous avez enfin agi. Avec retard, avec timidité et sans cohérence, cela a été souligné, mais vous avez agi. Vous avez aussi regardé les autres agir : le Département, le Territoire. Vous présentez presque comme vôtres les travaux sur les collèges et le bassin de rétention du 92 ainsi que la collecte sélective des déchets de Vallée Sud Grand Paris.

    Je ne vais pas commenter chacune des 32 pages de ce document, nous aurions pu le faire en commission, mais je me sens dans l’obligation de mettre certains points en évidence.

    Vous avez plusieurs RER de retard, ne serait-ce que sur ces bouteilles d’eau minérale venant d’Arcachon sur nos tables : à Sceaux, il y a une carafe d’eau du robinet par 2 élus et ce depuis 10 ans. Vous mettez en avant votre plan canicule mais l’été dernier la quasi-totalité des espaces rafraichis conseillés aux seniors étaient fermés du 14 juillet au 15 aout (que ce soit Vasarely ou Le Sélect). Vous faites figurer un chapitre Résilience locale qui mentionne un plan communal de sauvegarde qui n’existe qu’en projet depuis plus d’un an et dont la publication par arrêté reste à l’horizon – en ce sens que ça s’éloigne au fur et à mesure que l’on s’avance… Vous vous félicitez d’avoir végétalisé deux cours d’école, quelle célérité ! Mais à l’école toujours pas d’alternative végétarienne malgré les demandes des parents d’élèves et l’impact de l’alimentation carnée sur le rejet des gaz à effet de serre. Vous ne faites rien ou si peu sur les publicités lumineuses nocturnes. Mais vous aimez parsemer vos textes de mots-clés qui fleurent bon l’écologie : micro-forêt, trame verte, plan de mobilité active… Sur ces sujets, on peut dire que vous avancez avec précaution. Des forêts urbaines qui ont la largeur de cette pièce, des trames vertes encore plus minces, un réseau capillaire des bus certes amélioré sur les itinéraires mais avec des fréquences quasi-dissuasives !

    Enfin, la cohérence manque à l’appel. En centre-ville, vous supprimez la bande cyclable de la rue Mounié qui figure pourtant au schéma directeur de même nom. Vous réaménagez cette rue sans envisager sérieusement ses relations avec les autres voies que sont la RD920, la rue Jean-Moulin, l’avenue Gabriel-Péri… Sur Antonypole, vous reniez votre propre objectif de limitation des trajets domicile-travail du PADD en créant un quartier dortoir avec presque uniquement des logements. Vous êtes tout fier de vos budgets dits « participatifs » au point de lister parmi les lauréats des années précédentes des projets enterrés, mais vous ne vous emparez pas de généraliser ceux qui vous sont proposés et consacrés à chaque édition.

    Vraiment, dans ce rapport, vous vous payez de belles phrases, de beaux graphiques et de grosses dépenses, nous aurions aimé y trouver la preuve de vos actions résolues mais c’est peine perdue.

    Le Maire a répondu que je disais n’importe quoi. Je maintiens chaque mot.

  • Archéologie de l'écologie

    Michel rambaut 2008 11

    Mon beau-père, Michel Rambaut, qui fut physicien nucléaire au CEA, est mort en 2009. Récemment, son épouse Geneviève a mis la main sur un de ses manuscrits, préparé en 1985 pour une « planche » devant sa loge maçonnique. Anne et moi avons découvert ce texte qui, malgré ses 38 ans, nous a semblé terriblement actuel. Avec l’accord de ma belle-mère, nous le divulguons aux profanes, sans aucune modification.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Pour une prise en compte du problème de l’écologie mondiale

    Qui n’a pas entendu parler des pluies acides sur l’hémisphère nord, aussi bien au Québec qu’en Scandinavie, ces pluies qui font mourir les forêts. Qui n’a pas entendu parler de la diminution en vingt ans du tiers de la forêt amazonienne. Qui n’a pas entendu parler de la pollution chimique d’un fleuve énorme comme l’Angara en Sibérie. Ce ne sont là que des exemples, mais qui sont l’indice du fait que l’impact de l’homme sur la biosphère devient de plus en plus lourd.

    Entrainée dans le tourbillon du progrès technique, la majorité des hommes modernes vit comme si nous disposions d’une biosphère de dimensions infinies. Il est certes dérangeant pour l’esprit de prendre conscience de ce que la biosphère n’est qu’une mince pelure de moisissure à la surface de la planète Terre, isolée dans l’immensité de l’espace. Le défaut de prise de conscience de cette dure réalité est explicable car nos mentalités ont été forgées par une culture qui remonte au néolithique, il y a quelques millénaires, alors qu’il n’y avait que quelques habitants par km² en Europe. Il y avait équilibre entre l’homme et le milieu naturel. Il est nécessaire de se rendre compte que cet équilibre est rompu. Notre civilisation et notre mode de vie sont devenus extrêmement fragiles face à la moindre situation accidentelle, soit naturelle, soit artificielle.

    L’homme n’est pas la première espèce à avoir submergé la planète et à lui avoir imposé sa loi. Les fameux dinosaures l’ont dominée durant une bonne centaine de millions d’années. Puis ils ont disparu brutalement il y a environ 60 millions d’années ; d’après la théorie la plus récente cette disparition serait due au passage de la Terre à travers un nuage stellaire comme il en existe beaucoup dans notre galaxie : le climat devint plus froid, les végétaux se raréfièrent et le milieu naturel ne fut plus à même de subvenir aux besoins considérables de ces créatures. C’est pourquoi on retrouve de nos jours de longues files d’ossements des restes de cette espèce groupée en divers emplacements de la planète. Seules résistèrent à cet aléa stellaire des espèces plus rustiques, dont les besoins étaient moins importants, les premiers mammifères.

    Il serait nécessaire de tenir compte de cette leçon de la nature, bien que le règne de notre espèce soit très récent sur cette planète, mais alors que son emprise sur elle est bien plus forte que celle des dinosaures.

    Il y a peu de temps, c'est-à-dire quelques millénaires ou même quelques siècles, l’homme vivait décemment en symbiose avec le milieu naturel. Les premières grandes métropoles comme Athènes, Alexandrie avaient un impact négligeable sur le milieu naturel.

    Au contraire de nos jours pour assurer la survie du milieu naturel et la sienne propre, l’homme doit se garder de toute erreur. De quel pourcentage, raser complétement la forêt amazonienne ferait augmenter le taux de gaz carbonique dans l’atmosphère de la planète ? C’est le genre de question que l’homme en tant qu’espèce doit se poser.

    Faire tout ce qu’il faut pour préserver le milieu naturel devrait être notre règle d’or, en ayant à l’esprit que le progrès technique pose beaucoup plus de problème qu’il n’en résout.

    C’est à son intelligence que l’espèce devra sa survie, autant qu’au respect de la nature.

    Ce problème d’écologie mondiale a en fait un aspect à la fois philosophique et symbolique. Il s’agit de retrouver principalement le sens du symbole de la déesse Mère, que l’on rencontre par exemple à la fois chez les habitants de l’Amérique du nord d’avant 1492, et à l’emplacement de l’Ukraine actuelle, mais il y a 20 000 ans. C’est ainsi que les Algonkins par exemple avaient vécu pendant 40 000 ans en équilibre avec leur Mère la Terre. Le respect de la nature aussi bien chez eux que chez les anciens gaulois se traduisait par une foule de symboles qui exprimaient la quintessence d’une réalité où chaque chose et chaque être devait avoir sa place.

    Avec le temps, le symbole pouvait se faire mythe, il n’empêche que par exemple l’idée symbolique de dieu tutélaire de la source, de génie du bois sacré, d’esprit du fleuve, assurait le respect du milieu naturel.

    Je me demande si nous n’avons pas abusé de symboles qui représentent uniquement la capacité de l’homme à agir, à construire mais aussi à dominer et à détruire. Il est des outils qui sont des armes contre la vie : je laisse à chacun le soin de trouver des exemples. Cela a peut-être été une étape nécessaire et bénéfique dans le développement matériel et moral de l’humanité, et peut-être aussi dans celui de la Franc-Maçonnerie. Il faut se demander si cette étape n’est pas finie.

    En revanche le progrès consistera peut-être à l’avenir à retrouver une dimension perdue, sans pour cela rejeter l’acquis de la connaissance et de siècles d’efforts scientifique et technique, et en s’efforçant de comprendre à nouveau des sentiments et des symboles enfouis dans le passé !

    J’estime personnellement que notre ordre ferait œuvre utile en proposant comme sujet d’études celui de l’écologie mondiale et des rapports nécessaire avec le symbolisme. Cette proposition pourrait commencer par venir de cet atelier.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Commentaires :

    Tout au long de ce texte, destiné à être lu, Michel Rambaut écrit « l’homme » et pas « l’Homme ». Il est cependant bien évident qu’il ne veut pas parler du masculin, à distinguer de la femme, mais de l’être humain (il parle d’ailleurs de « l’homme en tant qu’espèce »), confronté au milieu naturel, à la biosphère, à l’avenir ou à … l’Etre suprême.

    Michel Rambaut attribue l’extinction Crétacé-Paléogène à la traversée par notre planète d’un « nuage stellaire ». Cette théorie, discutée à l’époque de la rédaction du texte et encore soutenue ponctuellement il y a quelques années, n’est, à l’heure actuelle, plus vraiment défendue ; le consensus scientifique s’établit désormais sur l’impact d’un astéroïde, éventuellement suivi d’éruptions volcaniques.

    Ces deux bémols mis à part, je suis estomaqué par l’actualité des assertions ou allusions (la submersion de la planète, le taux de CO2 dans l’atmosphère, la personnalisation d'éléments de l'environnement), par la vigueur des formules (« la biosphère n’est qu’une mince pelure de moisissure à la surface de la planète ») et par l’ambition finale (c’est à son intelligence que l’espèce devra sa survie). Mais cet espoir est-il bien placé ? Je n’en suis pas certain.