stationnement

  • La rue Mounié à l’heure du grand pari

    Hier, la commission municipale mixte « Mobilités » et « Urbanisme » a été informée d’un sujet qui ne figurait pas à l’ordre du jour du Conseil municipal convoqué le surlendemain : la rénovation de la rue Mounié. Pourquoi cette précipitation soudaine ? Peut-être parce que le projet avait commencé à fuiter : dimanche 25 juin, les terrasses de la place du Marché  bruissaient de rumeurs alimentées par des proches de l’ancien maire Patrick Devedjian…

    Toujours est-il que l’on nous annonça qu’à la suite à la concertation de 2019 il avait été décidé de satisfaire la demande générale d’apaisement de cette artère et de redonner de la place aux piétons. Et on nous dévoila trois images de la future rue Mounié : deux de jour (une dans chaque sens) et une de nuit.

    Un espace de plain-pied comportant une voie centrale unique de circulation entourée de deux larges espaces de couleur différente pour les piétons, quelques places de stationnement vides en alternance de part de l’autre de la voie de circulation, pas de mobiliers urbains, pas de poteaux d’éclairage ni de signalisation, 2 ou 3 arbres, deux vélos, deux voitures. Et on nous demanda si ça nous faisait rêver…

    La population aura l’occasion d’écrire ce qu’elle pense de ce projet et s’il la fait rêver, une nouvelle « concertation » devrait démarrer en juillet. Je dis « concertation » car c’est le terme employé à plusieurs reprises par l’adjointe à l’urbanisme, Mme Précetti, même si l’adjoint aux travaux, M. Nehmé, considère que la concertation a déjà eu lieu en 2019 et que la consultation de cet été sera plutôt de pure forme. Nous verrons bien

    Ce projet appelle de ma part des commentaires.

    Je constate avec plaisir que la désimperméabilisation de la ville est à l’ordre du jour puisque les places de stationnement (surtout des places de livraison) devraient être en matériaux perméables, de type « Evergreen » : ceux-là même que Sophie Devedjian s’était employée il y a 15 ans à éradiquer de l’espace antonien ! La suppression des poteaux est aussi un point positif, tout comme la présence de stationnement pour les personnes à mobilité réduite. Cependant, l’espace n’est pas « habité », pas de bacs végétaux, pas de bancs, on a l’impression plutôt désagréable d’un couloir d’hôpital à traverser, pas d’une rue où déambuler.

    J’ai aussi des craintes sur la sécurité de l’ensemble. La voie de circulation unique n’est en effet séparée des zones destinées aux piétons que par un mini-caniveau et le changement de couleur du revêtement. J’appréhende ce que pourrait devenir cette rue ainsi réaménagée avec les mêmes photos mais avec 20 vélos, 14 voitures, un camion de La Poste, un camion de livraison de farine, une quinzaine de scooters devant le MacDo et une ambulance de pompiers en mission : un slalom de véhicules sur les espaces piétons ?!

    L’intention est bonne mais repose sur des paris :

    • Que tous les automobilistes comprennent d’emblée que la rue Mounié ne sera plus une voie de traversée de la ville ;
    • Que tous les automobilistes respectent la future limitation de vitesse (20 km/h ?), alors qu’ils ignorent superbement celle actuellement en vigueur ;
    • Qu’aucun camion n’effectuera plus de marche arrière hasardeuse pour accéder au quai du bureau de poste ou du Monoprix ;
    • Que les jeunes clients du MacDo et les livreurs à domicile trouveront tous un endroit adapté pour parquer leur monture ;
    • Que tous les cyclistes appliquent le principe du respect de l’usager le plus vulnérable ;
    • Qu’aucun client de la boulangerie et aucun usager d’un automate bancaire n’abandonnera son véhicule au milieu de la voie de circulation ou sur les espaces piétons ;
    • Que la police municipale aura suffisamment d’effectifs en journée pour sensibiliser dans un premier temps et réprimer ensuite les récalcitrants ;
    • Que la police nationale aura le temps d’intervenir le soir et la nuit quand la police municipale sera de repos…

    J’espère me tromper, mais le rêve risque de tourner au cauchemar…

  • Handicap : agir à Antony !

    Ces dernières semaines ont été riches d’évènements sur le handicap au niveau international et national, cela m’incite donc à aborder ce sujet ici.

    Handicap

    En effet, le Comité européen des droits sociaux a conclu, sur une réclamation collective, que la France avait violé la Charte sociale européenne dans la mise en œuvre d’une véritable politique inclusive. Cette décision a été saluée par la Commission nationale consultative des droits de l’homme le 20 avril 2023 qui a réitéré « son appel à la mise en place d’une politique inclusive d’accès universel visant à l’autonomie des personnes en situation de handicap ». Quatre jours plus tard, le collectif Handicaps a annoncé boycotter la Conférence nationale du handicap, prévue le 26 avril à l’Elysée, dénonçant un manque d’ambition de la politique gouvernementale en la matière. Je tiens à souligner ici que la législation française sur les handicaps a été essentiellement l’œuvre d’un homme politique dont je ne dis pas toujours du bien, Jacques Chirac, porteur de la loi de 1987 sur l’inclusion des personnes handicapées dans les entreprises et, surtout, de la loi de 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Cette loi prévoyait notamment la mise en accessibilité des espaces publics avant 2015 mais une grande partie de la classe politique nationale et locale a alors déployé des trésors d’inertie et/ou de manœuvres dilatoires pour retarder autant que possible les échéances prévues

    Mais, ici à Antony ?

    Mairie 2009 1095

    Le 22 mars dernier se sont tenues conjointement à l’hôtel de ville la Commission communale d’accessibilité des personnes en situation de handicap (PSH) et la Commission de suivi de la charte Ville-Handicap qui regroupent des élus, des responsables de services municipaux et des représentants d’associations. Je veux renouveler mes remerciements à un homme politique dont je ne dis pas toujours du bien (décidément !), le maire Jean-Yves Sénant qui m’a autorisé à intervenir à cette commission conjointe alors que je n’en suis pas officiellement membre (le conseiller municipal de mon groupe qui en est membre était absent). Bien que les échanges aient été francs et intéressants, il y a selon moi encore quelques axes de progrès sur le handicap.

    Le premier point concerne la représentativité des associations. Il y a à Antony des personnes qui sont membres du Conseil d’administration d’associations nationales référentes sur certains syndromes handicapants et qui seraient intéressées à participer aux parcours d’accessibilité, à tenir leurs assemblées générales ou des réunions d’information à Antony, mais qui ne semblent pas pouvoir le faire car leur siège n’est pas à Antony. Par ailleurs, il est regrettable que les associations locales de parents d’élèves ne soient pas membres de cette commission conjointe Accessibilité-Charte. Inversement, les associations de commerçants qui en étaient membres jusqu’en 2022 mais qui ne siégeaient jamais (j’avais déjà souligné ce point l’an dernier) n’en sont désormais plus membres ce qui règle l’apparence de la question mais maintient le problème (le manque d’intérêt des associations de commerçants pour le handicap).

    P1020381 anstoniques

    Le deuxième axe est celui de l’accessibilité des bâtiments communaux. Plusieurs salles ou même bâtiments entiers ne sont pas accessibles aux PSH ou aux personnes à mobilité réduite (PMR) (par exemple : salle d’atelier informatique à la maison des Ans toniques, école Paul-Bert). Il semble que ces locaux aient obtenu soit une dérogation du Préfet, soit au moins un avis favorable de la Commission départementale d’accessibilité.  Là aussi, on règle l’apparence de la question (l’obligation règlementaire tombe) mais le problème reste (les locaux demeurent inaccessibles). Par ailleurs, on ne peut que s’étonner de l’argumentation déployée pour obtenir la dérogation : pour la salle informatique des Ans toniques, destinée à des cours collectifs d’informatique pour des seniors, l’avis favorable a été obtenu parce qu’il était possible de prêter un ordinateur portable à une PSH ou PMR qui ne pourrait pas accéder à la salle de cours afin qu’elle puisse utiliser l’ordinateur au rez-de-chaussée ! On croit rêver. C’et comme si on donnait un ticket de bus à une PMR ne pouvant pas monter dans le bus ! L’objectif est que la PMR rentre dans la salle pour suivre le cours collectif, pas de jouer à Candy Crush au rez-de-chaussée pendant que les autres élèves apprennent à utiliser Excel !

    800px antony grands immeubles

    Le troisième point est l’accessibilité du parc de logements de Hauts-de-Bièvre-Habitat. Le rapport de la Commission d’accessibilité mentionne les travaux d’adaptation des logements réalisés l’année passée, c’est louable. Cependant, les questions précises que j’ai posées sur les circulations dans les parties communes n’ont pas pu recevoir de réponses sur le fond. La Commission apparait donc compétente pour les améliorations mais pas pour les difficultés : comprenne qui pourra !

    Le quatrième point est la question des registres publics d’accessibilité. Ces documents, règlementairement obligatoires, sont destinés à faciliter la préparation des visites des services publics par les PSH. A ce titre, ils devraient être disponibles sur le site Internet de la mairie et pas seulement à l’accueil de la mairie. Sur ce point, la première réponse qui m’a été donnée était que cette mise en ligne n’était pas obligatoire. Dans un second temps, juste avant le Conseil municipal, Mme Aubert, la conseillère municipale déléguée au handicap m’a écrit que c’était en bonne voie…

    1200px bellerive sur allier place de stationnement handicape

    Le cinquième et dernier point a trait aux places de stationnement pour PSH. Antony compte 12400 places de stationnement dont 219 pour les PSH, ce qui est interprété par Mme Aubert comme étant « presque » conforme au décret prévoyant 2% de places pour PSH. Cependant 219 sur 12400, cela ne fait que 1,77% et pas 2%, d’autant que les 3 quarts de ces places ne sont pas aux normes ! Par ailleurs, même si la Ville insiste sur le caractère non privatif de ces places, elles sont créées sur demande des utilisateurs antoniens et pas selon un plan rationnel de desserte. Le stationnement sur ces places est gratuit, à condition, pour les Antoniens, d’avoir fait enregistrer sa plaque d’immatriculation à la mairie (sinon Tata Zoé flashe à tout va sans s’arrêter pour vérifier la présence d’une carte européenne de mobilité sur la planche de bord). Mais pour les étrangers ? Je veux dire les Fresnois, les Wissoussiens, les Massicois et Réginaburgiens… Soit ils paient à l’horodateur le plus proche de la place qu’ils ont eu la chance de trouver, si tant est que ledit horodateur soit sur un trottoir assez large et à peu près horizontal, soit ils essaient de se connecter sur Easypark pour se référencer mais il semble qu’il soit bien plus facile d’y renseigner son numéro de carte bleue que son numéro de carte de mobilité… Serait-ce que cette différence de traitement soit liée au fait que les Wissoussiens ne votent pas à Antony ?

  • Antony au mois d'aout

    Le site internet de la mairie l’annonce fièrement : Antony passe à l’heure d’été ! Autrement dit : tous les services et équipements municipaux sont fermés. Tous ? Non, car quelques îlots résistent encore et toujours à l’envahisseur estival : la piscine Pajeaud (mais sans la fameuse fosse de plongée que la France entière nous envie…), les stades, les parcs et une médiathèque sur deux. Et puis aussi le cimetière, canicule oblige.

    C’est bête, mon abonnement de stationnement résidentiel se termine le 23 aout, pas sûr que je puisse le renouveler à temps. Mais l’espoir renait soudain, je viens de recevoir un mail d’Easypark me rappelant justement cette formalité à accomplir. Je me précipite sur mon clavier, je n’ai pas perdu mon mot de passe, le site Easypark me reconnait, m’affiche mes « droits » (ça fait un peu arrestation par le FBI, non ?) et même me propose de les renouveler moyennant le téléchargement de la carte grise et d’un justificatif de domicile. Je m’exécute et hop ! Le message d’erreur me saute au visage : « Une erreur s’est produite, veuillez réessayer ». Je réessaie aussitôt, sans succès, je réessaie le lendemain, pareil, je réessaie le jour suivant, pas mieux. J’envoie un mail au service du stationnement qui me répond sur le champ : il rouvrira le 4 septembre.

    Je décide alors de passer de l’immatériel à l’humain et téléphone au parking du marché : enfin quelqu’un de réel va s’occuper de mon cas. Eh bien, oui mais pas vraiment : il visualise bien mon dossier mais c’est tout ; d’ailleurs, d’après ce qu’il me dit, je ne suis pas le premier à l’avoir appelé pour des questions de stationnement abandonnées par l’informatique cet été. Nous convenons que je vais persister à essayer et que, au cas probable où ça ne s’arrange pas, je passerai le voir dans son sous-sol du parking le 23 aout.

    En désespoir de cause, je me dis que l’élu en charge du stationnement est peut-être comme moi derrière son clavier. Je trouve son adresse mail sur le site de la mairie et lui explique mon désarroi. Mais le conseiller municipal délégué au stationnement n’est visiblement pas présent cette semaine.

    Un brin d’optimisme : le message d’erreur d’Easypark mentionne : « Nous travaillons pour résoudre votre problème », me voilà rasséréné !

    Erreur